Les points importants auxquels il faut penser pour rédiger une bonne proposition

Le thème doit être important pour le domaine général de la science computationnelle.
En d’autres termes, il doit donner lieu à de nouvelles approches computationnelles relative aux simulations à l’échelle atomique (au sens large), que ce soit dans les méthodes, les outils où l’interprétation de données expérimentales ou numériques. Attention cependant à bien délimiter le thème du workshop.

Le thème du workshop doit être original
Dans l’idéal un bon workshop réunit des chercheurs de différents horizons afin de dégager une approche novatrice sur des questions en  suspens,”chaudes” et potentiellement importantes pour la science computationnelle. Vérifier en particulier qu’il n’y a pas eu de workshop du
CECAM sur le sujet dans les années passées.

Le workshop doit être d’actualité
C’est sans doute assez subjectif, mais le workshop doit porter sur un sujet “chaud” (PRLisable si on préfère)


La proposition doit bien décrire l’état de l’art du domaine
Une bonne description de l’état de l’art part d’une vue générale des recherches passées sur la question, puis en quoi de nouvelles données/approches relancent le sujet, posent des questions nouvelles, bref nous font penser qu’un workshop sur le sujet est utile, original et d’actualité. Une telle description doit être à la fois concise et complète.
Le principal écueil à éviter est d’en rester aux généralités. Inversement, le champ doit être assez large pour permettre à des chercheurs de différents horizons d’être intéressés.
Il ne faut pas laisser de coté tout un pan de la communauté active sur le sujet.


Les objectifs doivent être clairement explicités
Les questions que l’on souhaite aborder, les nouveaux éclairage que l’on souhaite y apporter, et comment le workshop permet d’y parvenir. Eviter les objectifs génériques c’est à dire pouvant figurer sur n’importe quelle proposition, (par exemple: améliorer la compréhension, la modélisation)
et préférer les objectifs spécifiques à votre thème: comparer la théorie X et la théorie Y et les données Z et T…
Enfin, les textes des propositions des workshops retenus figurent sur le site du CECAM et vous pouvez les lire avec profit.